Qui sommes-nous ? 

"Si notre objectif initial avait consisté à rechercher la victoire à tout prix et ce au plus haut niveau possible, à supposer que nous eussions réussi, c'est sans nul doute un club très différent que nous aurions aujourd'hui.
Au lieu de cela, si les victoires et le haut niveau sont bien là, le cheminement suivi pour parvenir à de tels résultats nous a permis, au fil des années, en répondant aux légitimes aspirations de chacun, de bâtir patiemment les solides fondations d'une structure sportive reconnue, au centre de laquelle nous avons placé l'individu.
C'est à partir de cette option originelle que nous avons mis en oeuvre un processus à même de favoriser l'épanouissement de chacun au travers de la pratique du cyclisme, dans un cadre où nos valeurs fondamentales demeurent un authentique respect mutuel, une éthique sportive et sociale. Ces valeurs, nous en sommes les porteurs et les garants."

Yves Rousseau, Président et Jean Pierre Carminati, Président d'honneur



Pourquoi "La Pomme" ?

Le VC La Pomme de Marseille doit son nom au quartier est de Marseille où il est basé, dans le 11e arrondissement. La Pomme est située sur la rive droite de l'Huveaune, sur la route d'Aubagne.

Un complot contre le tyran de Marseille

Le quartier lui-même, un ancien hameau, est ainsi baptisé à cause d'une auberge "La Pomme", où fut préparé un complot à l'époque des guerres de religions, qui fit basculer l'histoire de Marseille. La ville était alors dirigée par un tyran, Charles de Cazaulx, qui avait réclamé la protection du Roi (catholique) d'Espagne et refuisait de soumettre Marseille à Henri IV, le Roi (protestant) de France. Celui-ci avait fait assiéger la cité par les armées du Duc de Guise, Gouverneur de Provence.

Pierre Libertat, un proche de Charles de Cazaulx, décida d'assasiner le turan d'un coup d'épée et d'ouvrir la ville au Duc de Guise. Dans la nuit du 16 au 17 février 1596, il prépara son complot à l'auberge "La Pomme". Le lendemain, il tuait Cazaulx devant la Porte Réale. Marseille se soumettait au Roi de France.

Pieds paquets

Le quartier de La Pomme est aussi connu pour son réservoir d'eau (la Serve de Bourgogne), qui alimentait toute la ville, et pour ses "pieds paquets". Le célèbre plat provençal aurait été inventé dans une auberge au 56, avenue Emmanuel Allard. Il se compose d'un plat un peu lourd pour les cyclistes : des tripes de mouton farcies d'un hachis de jambon, d'ail et d'herbes, enroulées en forme de petits paquets et mijotées 6 à 7 heures au vin blanc et au bouillon avec des pieds de mouton, du lard et des tomates...
A Marseille, les historiens ont retrouvé la trace d'une chanson que les jeunes filles entonaient lorsqu'elles jouaient à la corde : "Nous irons à La Pomme manger les paquets".

Mireille Lauze

Le boulevard Mireille Lauze, où le VC La Pomme Marseille a établi son siège au numéro 462, porte le nom d'une résistante, membre de l'Union des jeunes filles de France. Dénoncée et arrêtée en 1941, Mireille Lauze est morte au camp de concentration de Ravensbruck le 8 mars 1945.